“C’est comme un SEL ?”

Pas exactement.

D’une part, parce que les échanges dans un SEL sont soumis à des conditions légales particulières : pour des questions de prélèvement de l’impôt, on ne peut pas vendre dans un SEL des services qu’on produit dans un cadre professionnel.

Le SEL est donc forcément limité aux “coups de mains”.

D’autre part, un SEL a, par définition, une portée géographiquement limitée.

Enfin, le code monétaire utilisé dans la plupart des SEL ne permet pas de symétrie temporelle ; c’est-à-dire que les premiers entrants façonnent les rapports de pouvoir que subiront les suivants.

Voir : https://rml12.duniter.io/symetrie_DU.html

“La monnaie libre est-elle sujette à l’inflation ?”

Le terme “inflation” renvoie à l’augmentation générale du niveau des prix.

Dans les systèmes monétaires traditionnels, cette augmentation générale du niveau des prix est généralement attribuée à l’augmentation de la masse monétaire.

En monnaie libre, la masse monétaire augmente à un rythme prévisible : 10% par an.

Est-ce que ça veut dire que les prix de toutes les denrées augmentent de 10% chaque année ?

Oui… et non.

Pour comprendre ça, plaçons-nous dans un système que vous connaissez déjà : le système Euro.

L’exemple de la pizza

Imaginez qu’en 2019, vous puissiez créer 150 € chaque mois, soit environ 5 € par jour.

Appelons ces 5 € que vous créez chaque jour Dividende Universel (ou DU).

Chaque jeudi soir, vous sortez avec vos amis pour manger chacun une pizza, que vous payez 10 €

Par rapport à la monnaie que vous créez chaque jour, une pizza représente :

10 / 5 = 2 DU

Que se passera-t-il en 2020 ?

La masse monétaire augmentera de 10 %.

Votre pizzaïolo préféré répercutera peut-être l’augmentation de la masse monétaire sur ses prix et, si c’est le cas, vous paierez votre pizza 11 € au lieu de 10 €.

Oui, mais, attention :

C’est vous qui serez responsable de cette augmentation de la masse monétaire !

Concrètement, au lieu de créer 5 € chaque jour, vous créerez maintenant 5,50 €.

Par rapport à la monnaie que vous créez chaque jour, une pizza représentera donc :

11 / 5,5 = 2 DU

Aurez-vous perdu en pouvoir d’achat ?

“Mais c’est embêtant les prix qui bougent tout le temps !”

Ne vous inquiétez pas pour ça :

Les acteurs économiques choisiront probablement d’afficher les prix en DU et, comme vous venez de le constater avec l’exemple de la pizza, l’augmentation de la masse monétaire ne fera pas changer le prix en DU.

“Si les prix ne diminuent pas en DU, alors l’épargne fond quand le montant du DU augmente, non ?”

Ça peut être vrai dans certains cas particuliers :

Pour ceux dont le solde est au-dessus du solde moyen par membre, si les prix ne diminuent en DU, l’augmentation du nombre de G1 dans un DU va diminuer le nombre de DU possédés.

Pour ceux dont le solde est en-dessous du solde moyen par membre, le versement du DU va augmenter le nombre de DU possédés.

Au fil du temps, les soldes de chacun convergent vers le solde moyen.

Il faut garder une chose en tête cependant : Les valeurs économiques varient dans le temps.

En règle général, la valeur des biens produit augmentent avec le temps.

Un ordinateur portable de 2019 est bien supérieur à un ordinateur fixe de 2009, alors qu’il est vendu bien moins cher.

La Golf VII de 2012 n’a rien à voir avec la Golf II de 1983.

“Le fait de devoir rencontrer physiquement des personnes pour être certifié discrimine les personnes qui souffrent de phobie sociale”

Rencontrer des gens est certes nécessaire pour être certifié.

Mais c’est aussi nécessaire pour échanger !

Actuellement, on ne peut pas payer l’envoi d’un collissimo en Ğ1 ; il faut utiliser des €.

L’essentiel des échanges de biens se fait donc assez naturellement en face à face, durant les réunion monnaie libre.

Dès lors, quelle utilité auriez-vous de produire de la monnaie si vous ne pouvez pas l’utiliser pour échanger ?

Quel intérêt y a-t-il à simplement accumuler des chiffres dans un ordinateur ?

“Les crypto-monnaies sont mauvaises pour l’environnement, non ?”

Bitcoin est anti-écologique ; c’est vrai.

Par contre, les consommations énergétiques du réseau Duniter, qui est le support de la monnaie libre Ğ1, sont très loin derrière celles du Bitcoin.

En effet, ce n’est pas parce que Bitcoin utilise la blockchain qu’il n’est pas écologique.

Bitcoin engendre de fortes consommations d’électricité, parce que la création monétaire se fait par le minage : c’est-à-dire que faire tourner des ordinateurs génère (généralement) du profit, puisque c’est comme ça que se fait la création monétaire dans Bitcoin. Consommez de l’électricité, et vous aurez des Bitcoins.

À l’inverse, on ne peut pas “miner” de la Ğ1, puisque la création monétaire se fait uniquement par le versement du dividende universel.

Les ordinateurs qui vérifient les transactions en Ğ1 le font bénévolement. Ils sont rémunérés par un système de dons.

Duniter consomme donc très peu d’électricité par rapport à Bitcoin, et il ne semble pas déraisonnable d’imaginer qu’à terme la monnaie libre, par sa capacité à impulser un changement de paradigme de société, ait un impact positif sur l’environnement.