C’est vrai : Bitcoin consomme en électricité l’équivalent de 3 centrales nucléaires.

En revanche, les consommations énergétiques du réseau Duniter, qui est le support de la monnaie libre Ğ1, sont très loin derrière celles du Bitcoin.

En effet, ce n’est pas parce que Bitcoin utilise la blockchain qu’il est aussi vorace.

Bitcoin engendre de fortes consommations d’électricité, parce que la création monétaire se fait par le minage : c’est-à-dire que faire tourner des ordinateurs génère (généralement) du profit, puisque c’est comme ça que se fait la création monétaire dans Bitcoin. Consommez de l’électricité, et vous aurez des Bitcoins.

À l’inverse, on ne peut pas “miner” de la Ğ1, puisque la création monétaire se fait uniquement par le versement du dividende universel.

Les ordinateurs qui vérifient les transactions en Ğ1 le font bénévolement. Ils sont rémunérés par un système de dons.

Par ailleurs, la preuve de travail, qui sert à vérifier la validité des transactions avant de les inscrire dans la blockchain, est plus efficace dans Duniter du fait qu’elle s’appuie sur la toile de confiance, ce qui n’est pas possible dans le Bitcoin.

Duniter consomme donc très peu d’électricité par rapport à Bitcoin, et il ne semble pas déraisonnable d’imaginer qu’à terme la monnaie libre, par sa capacité à impulser un changement de paradigme de société, ait un impact positif sur l’environnement.